Programme Régional GERME
Programme Régional GERME

Expositions permanentes

Un jour, une grande dame qui allait devenir membre d'honneur de l'association, est descendue du Bou el Mogdad, qui venait d’acoster sur le port de Podor, comme autrefois les voiliers venus de Bordeaux, elle entrée dans la maison, après toutefois avoir lu, avec surprise, le nom de Guillaume Foy sur la plaque en céramique (de Mauro Petroni) qui, comme sur plusieurs maisons du quai, en indiquait le fondateur : Maison Guillaume Foy.

Elle s'est dite émue et étonnée de voir le nom de son ancêtre de retour dans l'actualité podoroise et nous a interpelés en ces termes :

"Vous connaissez Guillaume Foy ? "

"Non",  lui avons-nous répondu, "Nous avons juste vu son nom sur le plan que Faidherbe a réalisé de Podor en 1859 et nous avons pensé qu'il serait bien de donner à notre maison le nom de son fondateur".

Elle était très émue. Puis elle enchaîna et nous raconta la suite :

"Guillaume Foy a donné sa fille en mariage à Gaspard Devès, et de cette union est née Virginie Devès, qui est morte à 15 ans. L’épouse de Gaspard Devès est, elle-même, morte assez jeune. Gaspard Devès a épousé, en secondes noces, Fatma Daba Daguisery Tamba Diop, fille de Tamba Diop, une soninké originaire de la famille Ndiaye, fondatrice de la ville de Bakel, ..."

La suite de l'histoire, nous essayons de la retrouver. Avec l'aide de Madeleine Devès Senghor, car c'est bien d'elle qu'il s'agit. L'arrière-petite-fille de Gaspard Devès, devenue membre d'honneur et non moins active de Podor rive gauche, ancienne inspecteur du travail, aujourd'hui peintre et impliquée dans de nombreuses associations.

Ensemble, nous cherchons les bribes d’histoire qui nous permettront de compléter nos connaissances et de permettre aux visiteurs de mieux connaître l’histoire de Podor, notamment aux élèves des écoles, collèges et lycée.

Tout est exposé sur les murs de la petite exposition qui raconte Podor, son quai, le commerce, mais il reste beaucoup à faire.

LA GOMME ARABIQUE

Le quai de Podor accueillait chaque jour des bateaux chargés de marchandises diverses venues de Bordeaux, pour la plupart, et qui repartaient chargés de produits locaux, notamment de gomme arabique, dont la Maison Guillaume Foy avait le quasi monopole.

  • La gomme arabique dont la gomme Sénégal n'est qu'une variété, consiste en un exsudat de sève descendante solidifié, amalgamé naturellement ou par incision, sur le tronc et au pied d'arbres, de la famille des acacias. Elle est récoltée principalement en Afrique saharienne (Maghreb, Mali, Sénégal, Tchad, Égypte, Soudan...). La gomme s'écoule naturellement par des blessures de l'écorce des arbres ; en augmentant le nombre de celles-ci par action de la main de l'homme, on peut facilement augmenter le rendement. On trouve la gomme arabique dans le commerce sous forme de poudre ou de cristaux non moulus plus ou moins ronds de couleur jaune blanche à jaune brunâtre.
  • La gomme arabique est certainement la plus ancienne et la plus connue de toutes les gommes. Les Égyptiens la connaissaient sous le nom de kami et l'auraient utilisée dès la troisième dynastie (2650 av J.C) pour assurer la cohésion des bandages de momies.
  • Au XVe siècle, des navigateurs européens découvrent la gomme arabique sur les côtes du Sénégal et de la Mauritanie actuelle. Au XVIIIe siècle, une « guerre de la gomme » sanglante et acharnée permet à la France d'obtenir le monopole de son commerce sur la côte ouest africaine. L'Angleterre et la France transforment en Europe la gomme que leurs flottes marchandes acheminent à partir des comptoirs : la gomme devient une denrée d'initiés, commercée par les deux puissances coloniales. Acacia Sénégal fournit alors 90% de la gomme arabique mise sur le marché. Il surpasse en qualité tous les autres acacias. La gomme est un produit d’exportation très important

Un peu d’histoire
Le manuscrit d’Ebers (un papyrus médical rédigé vers 1550 avant l'ère chrétienne) propose l'emploi de gomme d'acacia ou gomme arabique comme moyen de contraception associée avec des dattes. La Mauritanie et le Sénégal sont devenus les principaux producteurs de gomme arabique. Son prix est alors passé de 3,4 livres la tonne en 1718 à 30,4 livres vers 1790 et à près de 70 livres en 1825-1830.



Types de gomme arabique

  • Gomme arabique dure ou Kitir (gomme dure de 1re qualité sur le marché mondial s'identifiant au Kordofan soudanais et nigérian) produit par Acacia Sénégal obtenue par saignée et marginalement, Acacia polyacantha. Les qualités de gomme les plus appréciées sur le marché sont celles du Ferlo (Sénégal) et du Kordofan (Soudan).
  • Même en concentration de 30 à 40%, la gomme arabique reste très peu visqueuse. Elle sert principalement d'émulsifiant, spécialement pour les huiles d'agrumes, de colloïde protecteur dans les émulsions et de supports pour les arômes. La gomme arabique n'a cependant qu'une importance secondaire dans l'industrie des denrées alimentaires. Son nom de code alimentaire est E414.

Production

  • Acacia Sénégal fournit 90% de la gomme arabique mise sur le marché. Il surpasse en qualité tous les autres acacias. La gomme est un produit d’exportation très important. Les quantités vendues dépendent beaucoup du climat. Le rendement varie beaucoup d’un arbre et d’une année à l’autre et oscille entre 100 et 1000 g (jusqu’à 10 kg au Soudan), mais avec une moyenne de 250 g au moins dans un bon peuplement (au Cordofan 500 à 2000 pieds par ha).
  • Près de 900 espèces d'acacias sont susceptibles de fournir la gomme arabique, réparties avant tout dans la ceinture tropicale du globe. La plus grande production s'est très vite concentrée en Afrique, lui valant son autre nom de gomme sénégal, sécrétion de divers acacias (légumineuses). 80% de la production provient de l'Acacia Sénégal (au Soudan), le reste se partage par moitié entre l'Acacia laetia et l'Acacia seya

OKHRA, Conservatoire des ocres et pigments appliqués, http://www.okhra.com.

LES TUILES EN TERRE CUITE

Simple constat d'observateur : la quasi totalité des tuiles des toitures des maisons de l'époque coloniale sont orginaires de Marseille. Elles ont été fabriquées à l'Estaque, à Saint Henry, aux Milles, ...... Un ami marseillais de coeur, Hans Roeske, a fait une recherche documentaire dans une bibliothèque de l'Estaque et nous en avons tiré une trentaine de planches exposées dans l'entrée de la Maison Guillaume Foy et dans la petite salle d'exposition (au grand plaisir des visiteurs marseillais, assez nombreux il est vrai !). Nous publierons ces planches très prochainement.

LE ROYAUME DU TEKROUR

Des extraits du livre de Bruno Chavane sur "Les villages de l'ancien Tékrour" sont exposés dans la première salle d'exposition à l'attention des hôtes de la maison, des visiteurs et des élèves des écoles, collèges et lycée. Ces derniers sont fréquents dans la salle, qui pour poser des questions sur le Tékrour, qui sur l'origine du mot Toucouleur, ..

LES FONDATEURS DES MAISONS DU QUAI

Sur la base des archives de madeleine Devès Senghor, d'éléments trouvés sur Internet, et d'informations reçues, l'histoire des fondateurs des maisons du quai commence à prendre forme. Les premières recherches ont porté sur Guillaume Foy et Gaspard Devès.

Actualité

DESENCOMBREMENT DU QUAI DE PODOR (coup de pouce à l’environnement) en collaboration avec la Mairie de Podor, le Service d’hygiène, et les groupes de jeunes, sur un financement de Podor rive gauche via ses membres (dont la Cour du fleuve à hauteur de 75%  avec une contribution de 1 MF). Le chantier a démarré officiellement le 5 juin, Journée mondiale de l'environnement en présence de Monsieur le Maire et des représentants du Service d'hygiène, des artisans, deLet's do it Sénégal, de la Cour du fleuve, de la Police des frontières, et de Podor rive gauche et Oumar Ly.

 Le chantier est fini : cinq semaines de travail avec une équipe de 12 personnes et un résultat qui fait du bruit à Podor. Allez voir le rapport dans le portail sur les publications, sous portail "Lettres d'information"